Thérapie brève et stratégies paradoxales

Thérapie brève et stratégies paradoxales La thérapie brève systémique est une autre façon de fonctionner, toujours en harmonie avec la vision du monde du client. Notre responsabilité, en tant que thérapeutes, est de les influencer, avec intégrité et bienveillance, afin qu’ils atteignent d’eux-mêmes, leurs propres objectifs.

Pourquoi des stratégies paradoxales ?

Parce qu’il y a un paradoxe au départ : le problème disparaît si la personne renonce à ses tentatives de solution. L’intervention du thérapeute va donc consister à interdire le changement, vu que les tentatives de solutions sont faites, selon le patient, pour changer la situation problématique.

Le paradoxe existe quand on a deux informations qui se contredisent venant de deux niveaux logiques différents. La stratégie paradoxale consiste à donner un message à un niveau et un autre, parfois incompatible, à un autre niveau.

Par exemple: « Vous êtes là pour changer » « Ne changez pas ».

Les stratégies de défense en thérapie brève systémique

Amener le client à prendre sa responsabilité.

  • Les résistances : Les encourager équivaut à les prescrire et elles rentrent donc dans une logique de collaboration.
  • Le freinage : Dès que les clients expriment des craintes, on freine, ce qui les rassure et les responsabilise.
  • Le pessimisme : Ceci permet de prendre en compte les émotions du client. le discours sera explicitement pessimiste et implicitement optimiste.
  • L’aveu d’impuissance : Le thérapeute n’est plus vu comme un sauveur, ou un bourreau, et le patient sort de la position de victime.

Les stratégies d’attaque en thérapie brève systémique

Bloquer les tentatives de solutions du client.

  • Le recadrage paradoxal : Présenter le problème, comme une ressource positive.
  • Les risques du changement : Faire réfléchir le client sur les risques du changement, et aux bénéfices secondaires du problème.
  • Le fantasme du pire : Affronter la pire chose qui pourrait arriver permet de se rassurer.
  • La prescription du symptôme : Il s’agit-là de demander au patient de continuer à produire le comportement dont il veut se débarrasser.

Les stratégies de consolidation en thérapie brève systémique

  • La prédiction de la rechute : Le patient n’est pas convaincu d’être guéri. On va donc lui prescrire la rechute.
  • La prescription de la rechute : On la prescrit quand on a fait une prescription de symptôme.